Homélie de P. Gilles VADON pour la fête inter paroissiale et des Peuples du 25 juin

Nous sommes entrés dans cette église, et nous prenons conscience que ce qui nous rassemble ce n’est pas notre quartier, notre pays d’origine, notre âge, notre sensibilité, notre activité,

Nous sommes entrés parce que le Seigneur nous y attend.

Nous sommes entrés parce que son Amour nous attend.

Nous sommes entrés parce que Dieu nous y précède.

Nous sommes venus parce que nous avons été invité.

Dieu parle à notre cœur et il est plus grand que notre cœur.

Consciemment ou inconsciemment, nous sommes là parce que le Seigneur nous a donné rendez-vous.

Si nous voyons bien ce qui nous distingue, il est peut-être plus difficile de voir ce qui nous unit.

Et ce qui nous  unit, ce n’est pas un programme, une philosophie, un courant de pensée, une idéologie, c’est quelqu’un qui s’appelle Jésus-Christ.

Et comme nous le rappelait Laurence dans le mot d’accueil, nous sentons que nous avons tant de choses en commun.

Nous en avons surtout une : le désir de Dieu et le désir d’un monde selon l’évangile.

En nous retrouvant ensemble pour rendre grâce à Dieu, nous voulons raviver ce désir de Dieu, pour que cette flamme de foi ne s’éteigne jamais.

Ben Sirac le Sage le disait dans la première lecture : « Ceux qui font confiance au Seigneur, leur esprit vivra, car leur espérance s’appuie sur qui peut les sauver. Celui qui met sa confiance dans le Seigneur n’a peur de rien, il ne tremble pas car Dieu est son espérance. »

Nous avons redécouvert, grâce à Viviane qui a frappé ce matin à la porte de notre communauté,  le signe de croix.

Oui, ce qui nous rassemble, c’est quelqu’un et c’est Dieu lui-même.

Et comme on se le rappelait samedi 17 juin dernier (ordination de 5 hommes au diaconat permanent dont Bruno Zmuda ici présent) ou hier (ordination sacerdotale de Luc et Marc) à la cathédrale, ce Dieu qui nous rassemble, le fait en nous appelant par notre nom.

Tous nos noms sont inscrits dans le cœur de Dieu.

Ces noms que nous portons nous permettent d’entrer en conversation avec notre Seigneur.

Les noms que nous portons, ne font pas que nous identifier. Quand ils sont prononcés, c’est pour nous un appel à réagir, à nous joindre à la conversation et à devenir ainsi ceux que Dieu a créés pour les faire être.

Ce matin Dieu nous a appelés, nous sommes entrés dans cette église et il nous parle.

Par la voix de l’apôtre Paul, il nous dit : « Laissez-vous renouveler par la transformation spirituelle de votre pensée. Revêtez-vous de l’homme nouveau, créé, selon Dieu, dans la justice et la sainteté conformes à la vérité. »

Autrement dit,  laissez-vous modeler par Dieu, changez votre cœur, que tout notre être, les sens marqués du signe de croix au jour de notre baptême, soient orientées vers le Christ, disent le Christ.

Oui, voilà une des raisons de notre rassemblement du dimanche : devenir des hommes et des femmes selon Dieu.

Devenir des passionnés de l’Evangile.

Regardons Jésus dans la synagogue de Nazareth. Il est là, lisant la parole et dit à l’assemblée :  « Cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. « 

Mes amis, prenons conscience que désormais, ce que nous sommes, ce que nous disons, ce que nous faisons, nous le faisons au nom de Jésus-Christ.

Nous voulons plus de joie au sein de notre communauté chrétienne dans notre ensemble inter-paroissial,

Nous voulons plus d’accueil, plus de jeunes, plus d’animateurs et animatrices, plus de solidarité et de proximité plus, plus, plus…

Le Seigneur entend et parce qu’il entend nos désirs personnels et communautaires, il appelle chacun par son nom. Comme jadis quelques pécheurs au bord du lac de Tibériade.

Il appelle et il envoie.

Nous sommes entrés dans cette église par ce que le Seigneur nous a appelés et maintenant il nous envoie comme il a envoyé Jésus, son Fils.

« L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres, et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur. »

Alors osons vivre de ce que le Christ fait avec nous.

Le monde attend des missionnaires du quotidien et de l’ordinaire de la vie. Et gardons au cœur cette parole de la première lecture : « Celui qui met sa confiance dans le Seigneur n’a peur de rien, il ne tremble pas car Dieu est son espérance. »